Opale brun

La mutation Opale phaéo

La combinaison opale brun

 

Il ne s'agit pas là d'une mutation "simple" comme l'opale, mais d'une combinaison de mutation. Pour sortir ce type d'oiseau, il faut absolument que les DEUX individus du couple soient mutants ou au moins  porteurs des DEUX mutations opale et brun (phaéo ou topaze) toutes deux mutations récessives.

Vous verrez en vous rendant dans différentes expositions que l'appelation "opale brun" n'existe pas vraiment, les oiseaux de cette combinaison sont tous nommés opale phaéo. Or et pour le moment comme le brun se diviserai en 2 catégories (phaéo et topaze) il devient illogique de parler uniquement d'oiseau "opale phaéo" car certains peuvent tout aussi bien être "opale topaze".

De ce fait, pour le moment comme personne ne peut clairement identifier si un oiseau est opale phaéo ou opale topaze, je préfère parler d'opale brun, la combinaison d'un oiseau opale avec un oiseau de type brun (phaéo ou topaze).

Cette appelation va d'ailleurs être soumise à la COM france par des juges de le CNJF pour avis courant février 2019, chose sur laquelle j'ai pû travailler avec eux.

Il faut les deux gènes mutants (opale et brun) chez chaque individu.

 Par exemple, voici les couples qui permettent de sortir ce type d'oiseaux : 
 mâle opale / brun * femelle brun / opale (ou inversement)   

mâle ts // opale brun * femelle opale / brun (ou inversement)                      

mâle ts // opale brun * femelle brun / opale (ou inversement)                      

mâle ts// opale brun * femelle ts // opale brun (ou inversement)                      

mâle opale brun * femelle opale / brun (ou inversement)                      

mâle opale brun * femelle brun / opale (ou inversement)

Description de l'oiseau adulte.

Tête et queue : couleur grise claire à grise foncée, avec quelques reflets bruns (plus visible chez les femelles).
Dos : couleur blanc sale, avec léger voile gris.
Poitrine : couleur blanche sale avec léger voile gris. 

Ventre : couleur crème tirant sur le brun très clair.

Yeux : rouges !
Joues : blanches
 

Attention !
Il peut y avoir des différences subtiles de couleurs chez des individus de souches différentes, et le fait de choisir des reproducteurs mutés de simple mutation (opale ou phaéo, voir type sauvage porteur) d'une couleur plus ou moins intense peu influencer sur cette combinaison.
 

Mâle opale phaéo :

 

 

Juvénile : Il s'agit là d'observations faites sur mon élevage et des jeunes d'un seul couple, il y a peut être des différences suivant les souches. Le jeune est blanc sale avec des bordures brunes sur les plumes. Le bec est rose.

 

 

Jeune âgé d'environ 15 jours : lors de la pousse des plumes celles ci apparaissent blanc sale, les sicots (tubes qui renferment la plume) sont de couleur grise à la base.

En concours :


D'après mon expérience, cet oiseau est encore assez mal connu des juges et éleveurs car on les voit souvent déclassés dans d'autres catégories, par exemple j'en ai déjà vu déclassé en opale pastel. Un chose qui facilite l'identification et qui ne laisse quasiment aucun doute sur le phénotype : les YEUX ROUGES.

Préparation :
Les paddas étant des oiseaux timides et craintifs, il faut absolument les préparer aux cages concours quelques jours voir semaines avant leur présentation sous peine de voir son oiseau perdre des points pour "plumes abimés" ou "oiseau trop nerveux".
Cette combinaison de mutation peux donner des oiseaux un peu léger en taille il faut donc veiller à faire des retours sur du type sauvage pour regagner en format et intensité de couleur.
Comme pour chaque mutation, plus le contraste entre la tête le dos et la queue sera présent mieux ce sera.

 

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site